Sonate

L’atelier présente
deux sonates pour le piano de la période romantique (Liszt) et moderne (Prokofiev). Elles ont en commun une fougue créatrice et une poésie qui montrent toute l’étendue des possibilités expressives et techniques du piano.

La sonate pour piano de Liszt (1853)
est considérée comme l’œuvre la plus importante de Liszt. Les innovations sont majeures. Le thème du début par exemple apporte une tension extrême avec des silences. La sonate fait apparaître un si très grave qui pose problème puisqu’il n’existe pas sur le clavier. Il faudra le rajouter.

La 2e sonate pour piano de Prokofiev (1912)
est une œuvre de jeunesse à la fois virtuose et poétique. La magie des sonorités des passages lents peut rappeler les traversées sibériennes des textes de Boris Pasternak. La virtuosité des 2e et 4e mouvements est jubilatoire.