Wagner (1865), Tristan et Isolde

L’histoire
Un bateau ramène d’Irlande le chevalier Tristan et la princesse Isolde qui doit épouser le roi Marc en Cornouailles. Le couple, qui s’aime, décide de boire un philtre de mort puisque leur amour est impossible. Mais la suivante d’Isolde, Brangaene, remplace à leur insu le philtre mortel par un philtre d’amour.

Pendant que le roi est parti chasser, Tristan et Isolde se retrouvent en secret.  Ils sont surpris par le roi et ses hommes. L’un d’eux, Melot, blesse grièvement Tristan. Tristan se retire dans son château. Isolde le rejoint. Il meure. Elle met fin à ses jours.

Le compositeur et son ouvrage
Monteverdi avait attribué des instruments aux rôles. Wagner invente la technique du leitmotif musical lié aux personnages, aux sentiments ou aux éléments naturels  (leitmotifs de Tristan et d’Isolde, de la Mort, de la Nuit, du Désir, de l’Océan, etc). Les leitmotifs évoluent et se combinent à d’autres motifs au gré de l’histoire.

L’ambition créatrice de Wagner est considérable.  Avec l’opéra, il vise “l’œuvre d’art totale” réalisée au moyen d’une  “mélodie infinie” qui mute sans se résoudre jusqu’à la fin de l’ouvrage. C’est les principes mêmes de l’écriture musicale que Wagner remet en question. Ses innovations au mieux marquent profondément, au pire dépriment les aspirants compositeurs. Que faire après lui? Entreprendre les révolutions musicales qui marqueront le 20e siècle.

L’atelier
L’atelier présente le Prélude initial, les formes, les passages clés de l’opéra et les principaux leitmotifs, que les participants auront l’opportunité de tenter de reconnaître.

La version écoutée
Wagner, Tristan und Isolde (Deutsche Grammophon, 1982)
Margaret Price, René Kollo,…, Staatskapelle Dresden, dir. Carlos Kleiber