Scriabine (1907), Sonate pour piano n°5

Le compositeur et son œuvre
Alexandre Scriabine commence par être compositeur romantique avant de devenir inclassable, sort courant des pionniers. Pianiste prodige, élève du conservatoire de Moscou où il est l’ami de Rachmaninov, Scriabine compose essentiellement pour le piano. Il est avant tout l’héritier spirituel de Chopin, mais il est aussi l’héritier de Beethoven et de Liszt pour l’évolution radicale de son style, et de Nietzsche pour la dimension mystique qu’il attribue à l’acte créateur. Malgré ces influences occidentales, ses longs séjours à Paris ou à Genève, ses tournées américaines, Scriabine reste singulièrement, démesurément et exclusivement russe.

La Sonate pour piano n°5 est une œuvre charnière, l’un des lieux du basculement formel, harmonique et “directionnel” du style de Scriabine. Un seul mouvement, ramassé, tendu, en expansion tous azimuts, entre le silence et le silence. Cette œuvre incarne l’idéal poétique de celui qui affirmait “Plus une chose est poétique, plus elle est réelle” car elle crée un nouvel univers, un univers qui appartient au 20e siècle naissant.

L’atelier
Première partie: Préludes, Études, Mazurkas,…. Illustration de l’étonnante évolution créatrice de Scriabine entre ses premières et ses dernières œuvres.

Deuxième partie: Sonate pour piano n°5.  Analyse et commentaires puis écoute complète.

La version écoutée
Vanessa Lenglart, pianiste, joue la Sonate pour piano n°5 durant l’atelier.

Autres œuvres notamment par le pianiste Vladimir Sofronitzki, celui qui, ayant dit au pianiste Sviatoslav Richter “Vous êtes un génie” se vit répondre “Vous êtes un Dieu”.