Stravinski (1913), Le Sacre du printemps

Le compositeur et son œuvre
Igor Stravinski, compositeur russe devenu français puis américain, qui vécut en Suisse, est le réceptacle des rythmes et des tonalités du monde. Son œuvre protéiforme, profondément russe, est autant tournée vers l’avenir que vers ses racines occidentales. Il devient mondialement célèbre lorsque ses trois ballets L’Oiseau de Feu (1910), Petrouchka (1911) et Le Sacre du printemps (1913) sont créés par les Ballets russes de Diaghilev. La puissance et l’inventivité rythmique, des “agrégats sonores” inconnus, les timbres et les contrastes inédits du Sacre placent Stravinski, avec Bartók, Schönberg ou Varese, au rang des grands innovateurs du début du 20e siècle.

La création du Sacre du Printemps à Paris en mai 1913 provoque un énorme scandale. Jean Cocteau y était. Voici ce qu’il en dit dans “Le Coq et l’Arlequin”: La salle joua le rôle qu’elle devait jouer ; elle se révolta tout de suite. On rit, conspua, siffla, imita les cris d’animaux, et peut-être se serait-on lassé, à la longue, si la foule des esthètes et quelques musiciens, emportés par leur zèle excessif, n’eussent insulté, bousculé même, le public des loges. Le vacarme dégénéra en lutte….

À deux heures du matin, Stravinsky, Nijinsky, Diaghilew et moi, nous nous empilâmes dans un fiacre et nous nous fîmes conduire au Bois de Boulogne. On gardait le silence …. Arrivés aux lacs, Diaghilew matelassé d’opossum, se mit a marmotter en russe ; je sentais Stravinsky et Nijinsky attentifs, et comme le cocher allumait sa lanterne, je vis des larmes sur la figure de l’impresario …. – Qu’est-ce ? demandai-je. – Du Pouchkine. Il y eut encore un long silence…. l’émotion de mes deux voisins me parut si vive que je ne résistai pas à l’interrompre pour en connaître la cause. – C’est difficile à traduire, dit Stravinsky, difficile en vérité ; trop russe… trop russe…

L’atelier
Première partie: Extrait de la Symphonie de Psaumes (latin), mélodies sur des textes d’origine russe, japonaise, anglaise.

Deuxième partie: Le Sacre du Printemps. Présentation du plan d’ensemble, commentaire des passages clés et jeux d’écoute.

La version écoutée
Stravinski, Le Sacre du printemps (Sony, 2013)
Eugène Ormandy, direction, The Philadelphia Orchestra