Liszt, la divinité

Dimanche 8 mai 2022, 09h-12h annulé

Tarif  50 francs, polycopié et pause café inclus (tarifs réduits, voir billetterie)

Acheter de places billetterie et abonnements
(nombre de participants limité, mesures sanitaires adaptées)

Lieu  Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre, Centre D’Ivernois (salle G. De Agostini), Rue François-D’Ivernois 7, 1206 Genève accès

L’atelier
Franz Liszt était le plus grand pianiste de son temps. Sur scène, “il est indescriptible. Il s’engloutit dans son piano… il vous absorbe – on sombre avec lui” (une auditrice).

Franz Liszt (1811-1886)

Lors de ses tournées triomphales en Europe, il compose des dizaines de mélodies en plusieurs langues. Ses lieder sur des poèmes allemands combinent l’expressivité de la mélodie italienne avec des effets pianistiques qui préfigurent l’impressionnisme français.

Visionnaire, proche de Wagner, Liszt veut réaliser l’union de la musique et de la poésie. Sa quête prend diverses formes au piano. Des peintures sonores rapportées de ses voyages (Les Cloches de Genève…). Des fragments qui restituent « l’expression de certains états d’âme» (Rhapsodies hongroises). Des évocations littéraires dans Méphisto-Valse (Goethe) et ses terribles Études pour piano, transformées en contes grâce à leur titre.

Ses dizaines d’arrangements de lieder, l’original avec un peu plus de notes, mettaient le public en transe. Elles furent critiquées autant que le rock. On écoutera.

Programme
Lieder pour voix et piano (Goethe, Schiller, Heine…)
Piano: Études (La Campanella, Feux follets…) , Consolations (v. 1850), Méphisto-Valse I (1863), Années de pèlerinage (Les Cloches de Genève, Les jeux d’eau de la Villa d’Este…), Rhapsodie hongroise n°2 (v. 1846), arrangement d’un Lied.
Comparaisons et liens avec d’autres musiciens romantiques