Schubert, la vocalité

Samedi 2 octobre 2021, 09h-12h

Tarif  50 francs, polycopié et pause café inclus (tarifs réduits, voir billetterie)

Acheter des places billetterie et abonnements
(nombre de participants limité, mesures sanitaires adaptées)

Lieu  Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre, Centre D’Ivernois (salle G. De Agostini), Rue François-D’Ivernois 7, 1206 Genève accès

L’atelier
En 1815, Schubert a 18 ans. Il met en musique près de 150 poèmes. Ceux des premiers poètes romantiques, ceux des artistes et amis qu’il rencontre à Vienne dans les réunions privées, organisées pour l’écouter, qu’on appellera les schubertiades.

Franz Schubert (1797-1828)

Le lied est né. Cette chanson intimiste pour voix et piano, d’apparence simple mais façonnée avec art, est le berceau de la musique romantique allemande. Schubert en compose près de 600 dans sa brève existence. Il en demeurera le maître absolu, abordant tous les thèmes romantiques – l’eau, la nuit, la nature, le voyage, l’amour déçu – que ses successeurs reprendront.

Ses Impromptus et Moments musicaux pour le piano, dont le titre poétique suggère le jaillissement et la spontanéité, révèlent une autre facette du romantisme : produire des morceaux brefs comme des fragments, de forme libre, aux couleurs nouvelles, pour saisir les auditeurs.

Ses quelques 450 petites Valses (l’âme de Vienne) et autres danses pour piano servaient à faire danser ses amis. Ces miniatures restituent toute l’inventivité de Schubert et le caractère populaire du romantisme.

Programme
Lieder pour voix et piano (poèmes de Goethe, Müller, Eichendorff,…)
Piano: Impromptus et Moments musicaux (1827), Valses, Ländler, Écossaises (1812-1824)
Piano 4 mains: Fantaisie en fa mineur (1828)
Comparaisons et liens avec d’autres musiciens romantiques

Voir la page