Schumann, la dualité

Samedi 16 octobre 2021, 09h-12h annulé

Tarif  50 francs, polycopié et pause café inclus (tarifs réduits, voir billetterie)

Acheter de places billetterie et abonnements
(nombre de participants limité, mesures sanitaires adaptées)

Lieu  Conservatoire populaire de musique, théâtre et danse, Centre D’Ivernois (salle G. De Agostini), Rue François-D’Ivernois 7, 1206 Genève accès

L’atelier
Ce qui me plaît dans le Romantisme, c’est qu’il permet au musicien d’être aussi poète dit Schumann. Compositeur de la dualité, son œuvre sublime tient dans ses pièces brèves pour piano et ses Lieder. Pièces qu’il réunit en cycles.

Robert Schumann (1810-1856)

Le cycle des très brefs Lieder Les amours du poète réunit 16 poèmes de Heine racontant son amour déçu. L’émotion de la mélodie est doublée par un piano d’une infinie délicatesse qui saisit en quelques notes le sens profond du texte.

Le cycle pour piano Scènes d’enfants réunit des miniatures avec un titre poétique qui dit tout (L’enfant s’endort…). Le cycle Papillons enchaîne des saynètes inspirées par une trame littéraire cachée (un bal). Autant d’idées nouvelles que Liszt développera.

Schumann était habité par deux personnages imaginaires, Florestan le conquérant et Eusébius le vulnérable. Sa musique juxtapose leurs caractères opposés, en fragments brefs, avec la pudeur, la tension et l’urgence de celui qui, pressentant la folie arriver, dit à 39 ans : Créer tant qu’il fera jour

Programme
Lieder pour voix et piano, cycle Les amours du poète (1840)
Piano: Papillons (1830), Fantaisiestücke (1837), Scènes d’enfants (1838), Kreisleriana (1838), Feuille multicolores (1849)
Comparaisons et liens avec d’autres musiciens romantiques