Variations Goldberg (1741)

Samedi 9 juin 2018, 9h-12h (complet)
Samedi 9 juin 2018, 14h-17h (ouvert)
Lieu   Conservatoire Populaire de Musique, Bvd Saint-Georges 36 (Genève) accès
Tarif de l’atelier   50 frs, support d’atelier et pause café inclus
Infos pratiques et formulaire d’inscription

Bach, Variations Goldberg, Aria (extrait)


Les Variations Goldberg (BWV 988)

Dans ses dernières années, de 1740 à 1750, Bach semble se retirer du monde pour s’atteler à des œuvres théorèmes – les Variations Goldberg (1741), les Variations canoniques (1747), L’Offrande musicale (1747) et L’Art de la fugue (1750) – que leur charge symbolique, spéculative et poétique élève au rang de synthèse universelle.

Les Variations Goldberg sont écrites pour le clavecin. Le thème initial est une Aria méditative de 32 mesures divisée en deux fois 16 mesures, et structurée par une basse obstinée de 8 notes. Suivent 30 variations du thème et la reprise de l’Aria en conclusion, soit 32 pièces en tout, divisées en deux blocs dont le second commence avec la 16e variation. A la symétrie et aux jeux sur les multiples du nombre 8 s’ajoutent les jeux sur les multiples du nombre 3. Les variations 3, 6, 9, 12, 15, 18, 21, 24 et 27 sont écrites à trois voix. Elles possèdent toutes un canon dont l’intervalle entre la voix qui imite et la voix imitée progresse de l’unisson dans la variation 3 (imitation sur la même note) à un intervalle de neuvième dans la variation 27. Ces contraintes stupéfient, mais elles sont imperceptibles. Seul demeure à l’écoute le flux somptueux d’une rivière incomparable.

Contenu de l’atelier
Une vue de l’architecture d’ensemble des Variations Goldberg, des jeux d’écoute et de reconnaissance des styles, analyse de variations représentatives et leur mise en relation.

Versions écoutées
Aline Jaussi, pianiste, prêtera main forte durant l’atelier.
Extraits d’enregistrements additionnels: à définir