Concerto

Dimanche 31 janvier 2021, 14h-17h
Lieu  Centre D’Ivernois, salle Studio Gabriele de Agostini (Conservatoire populaire de musique), Rue François-D’Ivernois 7, 1206 Genève accès
Tarif  50 francs, polycopié et pause café inclus (tarifs réduits, voir billetterie)
Billetterie et abonnements

Nombre de participants 
limité (30 à 65)
Réalisation, production  Saisir le temps, Claudio Chiacchiari

L’atelier présente
les concertos pour piano de Schumann (romantique) et de Ravel (moderne). La relation entre le soliste et l’orchestre dans les deux concertos est très différente. Chez Ravel, de nombreux solistes émergent de l’orchestre, reflétant l’évolution du style autant que la démocratisation des sociétés. Chez Schumann, le dialogue prime entre le piano et l’orchestre, avec des relations privilégiées entre le piano, le hautbois et la clarinette.

Le Concerto pour piano de Schumann (1845)
a d’abord été composé en un seul mouvement intitulé “Fantaisie” et dédié à sa femme Clara, grande pianiste. Il semble que Schumann ait eu beaucoup de difficultés à maîtriser cette forme puisqu’il a écrit trois autres concertos inachevés. Celui-ci illustre à merveille le soliste romantique, à la fois aussi puissant que tout l’orchestre et aussi doux que le plus doux des instruments.

Le Concerto pour piano de Ravel (1931)
présente un premier mouvement aux deux thèmes rythmique et lyrique très contrastés. Le 2e mouvement, l’un des plus beaux de la musique de ce genre, donne un chant céleste au piano. Le 3e mouvement, endiablé, reflète le thème rythmique du 1er mouvement.
Ravel a aussi écrit un extraordinaire Concerto pour la main gauche dédié au pianiste Paul Wittgenstein.

Versions écoutées (références)
Robert Schumann (1845). Concerto pour piano en la mineur. Harnoncourt N. (direction), Argerich M. (piano), Kremer G. (violon), Chamber Orchestra of Europe. Teldec, 1994
Maurice Ravel (1931). Concerto pour piano en sol majeur. Gracis E. (direction), Michelangeli A. B. (piano), Philarmonia Orchestra (London). EMI, 2000